Archives du mot-clé asb

Béziers : le fief de Gourgasse Neuve

Beziers-pont-vieux

Béziers depuis les berges de l’orb

Le fief de Gourgasse Neuve est Béziers, en Occitan Bèsiers, commune située dans le département de l’Hérault et dans la région du Languedoc-Roussillon. Forte d’une centaine de milliers d’habitants, Béziers est la seconde vile de l’Hérault, la quatrième de la région. Le saviez-vous ? Ses habitants sont appelés « les Bitterois et Bitteroises » de Baeterrae, le nom latin de la ville. La renommée de Béziers s’est faite à travers la viticulture, le rugby ou encore la Féria, qui rassemble chaque été environ un million de participants. Le Domaine participe activement à cette Féria en y commercialisant des vins tels que son rosé vêtu d’un toro coloré.

Lo Maméto pour trinquer aux 100 ans de l’ASBH

Marcel Iché rend ainsi hommage à son grand-père, talonneur au club de 1936 à 1939

La passion du rugby chevillée au corps, Marcel Iché, vigneron-éleveur du domaine de la Gourgasse Neuve, ne pouvait pas laisser passer l’occasion de rendre hommage à son grand-père, Lo Maméto, pour les 100 ans du club, en consacrant une cuvée spéciale à son effigie.

« Recruté en 1936 par Jules Cadenat, il était le seul Biterrois sélectionné au sein du comité Languedoc-Roussillon pour participer à la coupe de France », explique, ému, le petit-fils. Une finale inespérée, remportée au Parc des Princes face à la Côte Basque. Une semaine plus tard, tout auréolé de son succès, le groupe languedocien remettait le couvert à Toulouse pour un match de sélection en vue de la confrontation avec l’équipe d’Allemagne. « Mais malgré un nouveau succès, mon grand-père n’a pas été pris en équipe de France, le sélectionneur lui préférant le talonneur de Bayonne. C’est de là qu’est née une certaine rivalité dont le dénouement a eu lieu devant la saison 1937-1938 sur la pelouse de Biarritz, où mon grand-père a retrouvé son ami sur sa route son « ami » Ithuria ».

La légende dit que l’aïeul des Iché est sorti d’une mêlée avec l’oreille du talonneur adverse à la bouche. Ithuria lui a alors rendu la pareille, en lui filant deux coups de chausson dans le museau lui cassant les huit dents de devant. « Il avait fini le match avec une balle de coton dans la bouche. Mais quand il souriait, il ressemblait à une grand-mère édentée. D’où son surnom : Lo Maméto (NDLR : « Le » grand-mère) !

Source Midi Libre – 11/03/2011 – Laurent VERMOREL